Choisir vos préférences en matière de cookies

Nous utilisons des cookies et des outils similaires qui sont nécessaires pour vous permettre d'effectuer des achats, pour améliorer vos expériences d'achat et fournir nos services, comme détaillé dans notre Avis sur les cookies. Nous utilisons également ces cookies pour comprendre comment les clients utilisent nos services (par exemple, en mesurant les visites sur le site) afin que nous puissions apporter des améliorations.

Si vous acceptez, nous utiliserons également des cookies complémentaires à votre expérience d'achat dans les boutiques Amazon, comme décrit dans notre Avis sur les cookies. Cela inclut l'utilisation de cookies internes et tiers qui stockent ou accèdent aux informations standard de l'appareil tel qu'un identifiant unique. Les tiers utilisent des cookies dans le but d'afficher et de mesurer des publicités personnalisées, générer des informations sur l'audience, et développer et améliorer des produits. Cliquez sur «Personnaliser les cookies» pour refuser ces cookies, faire des choix plus détaillés ou en savoir plus. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en accédant aux Préférences pour les publicités sur Amazon , comme décrit dans l'Avis sur les cookies. Pour en savoir plus sur comment et à quelles fins Amazon utilise les informations personnelles (tel que l'historique des commandes de la boutique Amazon), consultez notre Politique de confidentialité.

Personnaliser les cookies

Commentaire client

Commenté en France le 4 mai 2018
Il a quelques années j’avais lu un livre appelé “The shack” et écrit par un illustre inconnu appelé W.Paul Young. J’avais été soufflée par l’histoire et en avais parlé autour de moi. On m’avait répondu “ouais, encore un livre plein de bons sentiments à l’américaine”. Un an plus tard, ce livre était lu par 8 millions de lecteurs, traduit dans plusieurs langues (“La cabane” pour le titre français) et on en a même fait un film appelé “Le chemin du pardon”.

A ce jour je n’avais pas trouvé de livre qui m’avait procuré la même émotion et puis je suis tombée sur “Quand les hirondelles me reviennent”.

Pour résumer le début de l’histoire, un homme marche dans un champs et se rend compte qu’il a tout oublié : qui il est, pourquoi il est là et où il va. De plus il s’aperçoit qu’il est totalement imberbe, chauve et possède dans son sac à dos la modeste somme de 50 000 euros en espèces. Avouez que c’est original !

Et bien justement c’est ce qui m’a vraiment poussée à lire ce livre car, en fait, le sujet a été abordé de nombreuses fois dans des films fantastiques entre autres mais jamais, à ma connaissance, dans un livre. Surtout un premier roman.

Au bout de dix pages donc, c’est avec curiosité (et un brin de la prétention du lecteur qui croit avoir tout lu) que j’ai continué ma lecture pour voir comment l’auteur allait se dépatouiller et s’il allait nous sortir une histoire originale, voire crédible ou pas.

Honnêtement je reconnais humblement que je me suis faite avoir en beauté. Non seulement c’est bien écrit mais on est happé autant par l’action que par la tendresse, la poésie et la (n’ayons pas peur des mots) spiritualité qui se dégage de ce livre.

Je n’ai pas peur de dire que c’est la matière dont on fait un best-seller, à l’image de “La cabane” ou même de “l’alchimiste” de Paulo Coehlo.

Fait encore plus marquant, ce livre est auto-édité. Editeurs, si vous me lisez, je pense que c’est le genre de joyau à avoir dans un catalogue sérieux. Ce n’est que mon humble opinion !

Quand à vous, lecteurs, si vous souhaitez un livre profond, passionnant, avec autant de mystère et d’intrigue que matière à réfléchir, je vous conseille vivement de vous jeter dessus. Vous ne le regretterez pas.

Seul mini point, mais parce que j’aime faire la fine bouche, je n’ai pas aimé le titre et j’avoue ne pas avoir compris le rôle des hirondelles dans ce livre mais je vais tenter d’interviewer l’auteur qui nous en dira sans doute plus.
Signaler un abus Lien permanent