Commentaire client

Commenté en France 🇫🇷 le 30 juillet 2019
On connaît Marjorie Levasseur pour ses romans feel-good, mais l’excellent « Ces oiseaux qu’on met en cage » avait prouvé qu’elle réussit aussi très bien à écrire dans un registre plus sombre. Elle récidive avec cette nouvelle histoire, qui montre que la vengeance est un plat qui se mange froid… et même glacé.
Car c’est un jeu trouble qui se met en place entre Tanguy, jeune homme responsable d’un homicide involontaire et rongé par sa culpabilité, et Sylvain, le mari de la victime. Et qui se complique lorsque tous deux prennent conscience que les choses ne sont pas forcément ce qu’elles semblaient l’être…
Dans ce roman, Marjorie Levasseur aborde le thème de la perte et de la vengeance, mais aussi du deuil et de la culpabilité. Par le biais d’un point de vue alterné, chacun des protagonistes délivre sa version de la vérité… plus complexe que ce qu’on pouvait l’imaginer.
Avec « Plus douce est la vengeance », l’auteure transforme brillamment l’essai des « Oiseaux » et prouve qu’elle est à l’aise dans des genres très divers. Alors, vivement un prochain roman !
5 personnes ont trouvé cela utile
Signaler un abus Lien permanent