Commentaire client

Commenté en France 🇫🇷 le 18 avril 2022
Comme à son habitude, Marjorie Levasseur nous invite à plonger dans des destins mêlés, avec beaucoup d’émotions.

Le choix des différents narrateurs nous permet de ressentir ce qu’ils éprouvent. À leur place, comment aurions-nous réagi ? Et sans être dans leurs pensées, comment les aurions-nous jugés ?

C’est tout en sensibilité que Marjorie nous décrit le quotidien bouleversé de deux hommes suite à un drame. Un drame qui a fait une victime. Enfin, une… Il faut lui survivre. Il faut vivre avec son absence pour l’un, vivre avec la culpabilité pour l’autre.
Et la culpabilité est à mon sens une des pires sensations qui soient. Elle peut ronger, détruire inexorablement.
« C’était peut-être ingrat vis-à-vis de Joseph, mais c’était ma galère, mon problème, je n’avais pas besoin de leur aide… je ne la méritais pas. J’aurais préféré qu’on m’enferme. La situation dans laquelle je me trouvais aujourd’hui, c’était moi qui l’avais provoquée. »

La vengeance non plus n’est pas si facile. Elle aussi elle entrave les pensées, parasite tout et aveugle.
« En connaître davantage l’aurait rendu plus humain et m’aurait compliqué la tâche. J’aurais pu avoir des scrupules à le détruire. Faire de lui seulement l’objet de ma vengeance, tel était mon unique dessein. Je ne voulais pas m’en faire un ami, mais l’anéantir. »

Ce qui est arrivé à Tanguy aurait pu arriver à n’importe qui. Je ne pense pas que je m’en remettrais à sa place. J’ai éprouvé énormément d’empathie pour ce jeune homme qui paye très cher son erreur, celle de ne pas s’être écouté.
« Je ne pourrai jamais défaire le passé, mais j’étais certain d’une chose : j’avais lutté toute ma vie pour ne pas faire d’erreurs en oubliant que je n’étais qu’un être humain et que j’étais par essence destiné à en commettre un jour. »

Commence pour lui une fulgurante descente aux enfers, j’en ai eu les tripes nouées à la lecture. Irrémédiablement, je le voyais s’enfoncer. Tout en espérant que la lumière arrive, même de façon inattendue.
« Je n’étais pas bête au point d’ignorer que ma nouvelle addiction me menait droit dans le mur, mais si ça m’aidait à endormir ma tête et ma conscience, où était le mal ? »

Et des surprises, il y a en eues pendant cette lecture difficile à lâcher.

En résumé, un roman sombre, dans lequel on retrouve bien la plume porteuse d’espoir de Marjorie, qui nous invite à la réflexion et à ne pas juger sans avoir toutes les données d’une situation. Rien n’est blanc ou noir. Rien n’est jamais simple. La vie de n’importe qui peut basculer en un battement de cil.
Une personne a trouvé cela utile
Signaler Lien permanent