Choisir vos préférences en matière de cookies

Nous utilisons des cookies et des outils similaires qui sont nécessaires pour vous permettre d'effectuer des achats, pour améliorer vos expériences d'achat et fournir nos services, comme détaillé dans notre Avis sur les cookies. Nous utilisons également ces cookies pour comprendre comment les clients utilisent nos services (par exemple, en mesurant les visites sur le site) afin que nous puissions apporter des améliorations.

Si vous acceptez, nous utiliserons également des cookies complémentaires à votre expérience d'achat dans les boutiques Amazon, comme décrit dans notre Avis sur les cookies. Cela inclut l'utilisation de cookies internes et tiers qui stockent ou accèdent aux informations standard de l'appareil tel qu'un identifiant unique. Les tiers utilisent des cookies dans le but d'afficher et de mesurer des publicités personnalisées, générer des informations sur l'audience, et développer et améliorer des produits. Cliquez sur «Personnaliser les cookies» pour refuser ces cookies, faire des choix plus détaillés ou en savoir plus. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en accédant aux Préférences pour les publicités sur Amazon , comme décrit dans l'Avis sur les cookies. Pour en savoir plus sur comment et à quelles fins Amazon utilise les informations personnelles (tel que l'historique des commandes de la boutique Amazon), consultez notre Politique de confidentialité.

Personnaliser les cookies

Commentaire client

Commenté en France le 12 novembre 2016
K. Haedens livre ici une somme érudite très riche. Les auteurs cités sont très nombreux, ce qui permet de découvrir des noms peu connus.
Haedens ne respecte aucun monument littéraire, qu'il s'appelle Hugo ou Zola, il ne se gêne pas pour dire ce qu'il pense de chacun. Mais bien que sa partialité soit claire, son honnêteté l'est aussi : en effet, il souligne les qualités de chacun, ou du livre qui mérite le respect, même chez un auteur qu'il juge médiocre.
Le XIXè sicle avec son romantisme et son naturalisme est peuplé pour lui de mauvais écrivains mais c'est aux auteurs du XXè (jusqu'à 1950) qu'il déploie toute sa sympathie.
Ceux qu'il admire avant tout sont les écrivains poètes qui savent écrire et dont la vie est un roman (Villon, Nerval, Rimbaud...)
Un ouvrage impressionnant.
Une personne a trouvé cela utile
Signaler un abus Lien permanent