Choisir vos préférences en matière de cookies

Nous utilisons des cookies et des outils similaires qui sont nécessaires pour vous permettre d'effectuer des achats, pour améliorer vos expériences d'achat et fournir nos services, comme détaillé dans notre Avis sur les cookies. Nous utilisons également ces cookies pour comprendre comment les clients utilisent nos services (par exemple, en mesurant les visites sur le site) afin que nous puissions apporter des améliorations.

Si vous acceptez, nous utiliserons également des cookies complémentaires à votre expérience d'achat dans les boutiques Amazon, comme décrit dans notre Avis sur les cookies. Cela inclut l'utilisation de cookies internes et tiers qui stockent ou accèdent aux informations standard de l'appareil tel qu'un identifiant unique. Les tiers utilisent des cookies dans le but d'afficher et de mesurer des publicités personnalisées, générer des informations sur l'audience, et développer et améliorer des produits. Cliquez sur «Personnaliser les cookies» pour refuser ces cookies, faire des choix plus détaillés ou en savoir plus. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en accédant aux Préférences pour les publicités sur Amazon , comme décrit dans l'Avis sur les cookies. Pour en savoir plus sur comment et à quelles fins Amazon utilise les informations personnelles (tel que l'historique des commandes de la boutique Amazon), consultez notre Politique de confidentialité.

Personnaliser les cookies

Commentaire client

Commenté en France le 8 janvier 2021
Tout d’abord, un grand merci à Aurore pour ce beau service-presse. J’avais repéré le roman bien avant sa sortie (il faut dire qu’Aurore nous avait fait baver ! <3 ) et quand j’ai vu qu’elle le proposait en service-presse, j’ai sauté sur l’occasion. Même si j’ai du mal à lire en ce moment, j’ai sauté dessus dès que j’ai pu… et je l’ai dévoré.

Alors Aurore, tu me dois trois quasi nuits blanches ! C’est pas humain de faire un livre aussi addictif qui se dévore comme des petits biscuits, moi je dis ! Et en prime j’avais faim de nuit, à cause de toutes ces délicieuses pâtisseries que Nathaël n’arrête pas de confectionner… ;-)

Tant qu’à râler, j’en profite pour dire que l’extrait à la fin m’a outrageusement donné envie de lire le tome 2 et que j’ai hâte qu’il sorte et que ce n’est pas juste de faire bisquer les gens comme ça ;)

Bon, je pense que vous l’avez compris, j’ai adoré ce livre. Je me doutais que ce serait un très bon moment de lecture, je savais que j’apprécie le style d’Aurore, et la précédente histoire que j’avais lue d’elle (Dublin Lovers) m’avait beaucoup plu, déjà, donc il n’y avait pas de raison. Et puis la thématique me plaisait, le côté gourmandises me donnait très envie, le concept du salon de thé librairie m’a paru génial. Je veux le même à côté de chez moi ! Une bulle de tranquillité dans la bonne humeur, avec des tas de livres et des pâtisseries canon… mais que demande le peuple ?

Nathaël est un personnage avec lequel j’ai tout de suite accroché. Gentil et plutôt débonnaire, il n’en a pas moins son petit caractère bien trempé, et c’est pour ça qu’on l’aime. Super papa d’un ado génial qu’il fait passer avant tout, dans sa vie, ou presque, personnage attachant qui vibre au rythme de sa tribu et aime plus que tout (à part son fils et ses proches) son cher salon de thé, projet de sa vie, on va lui découvrir, à travers cette histoire, mille facettes différentes. Nathaël est quelqu’un de doux, mais il sait être râleur et sec. Il est timide et introverti, mais il va se découvrir une sensualité qu’il ignorait posséder. Face à l’ouragan nommé Chris qui va rentrer d’un seul coup dans sa vie, il accepte de remettre en question son orientation sexuelle sans réelle difficulté (évidemment, il se questionne, mais il ne s’affole pas, et c’est beau à voir, c’est très spontané et touchant <3).

Ses interrogations, même, seront tout à fait ailleurs : comment Chris pourrait-il l’accepter alors qu’il est père et très engagé dans son rôle ? Comment concilier famille, amis, travail et… romance ? Que faire de Charlie, son cher cousin, qui souffre de le voir moins présent, moins disponible ?

Bref, vous l’avez compris, le personnage de Nathaël m’a énormément plu et touché. Ses proches aussi, d’ailleurs, même si parfois j’ai eu un peu de mal avec la manière dont Charlie s’accroche à lui, on le comprend malgré tout, et on ne peut pas ne pas être un peu triste pour ce jeune homme en souffrance qui a du mal à accepter, simplement, de voir ses propres habitudes bouleversées, et qui a peur de voir son cousin s’éloigner de lui.

Chris, lui, est assez « opaque », au départ. Plutôt mystérieux, il ne confie pas facilement ce qui perturbe sa vie. Sa manière de réagir est assez immature, quoique poussée par des évènements difficiles qui l’ont vraiment blessé. C’est un personnage fragile qui se cache derrière une forme de froideur et de dureté qui ne lui va pas si bien que ça. Une fois que l’on enlève les couches protectrices, lui aussi est très touchant.

Cependant, c’est évident qu’il va falloir beaucoup de patience à Nathaël pour gérer cet amoureux imprévu aux choix changeant parfois plus vite que la musique, et au passé tourmenté qui l’empêche souvent d’avancer. La fuite, c’est la signature de Chris. Mais Nathaël est quelqu’un de persévérant et d’assez gentil pour savoir donner une seconde chance quand il sent la personne en face sincère…

Un élément incontournable de l’histoire, c’est aussi, et bien sûr, les pâtisseries. Et les tatouages. Pour le premier, c’est à la fois délectable et horriblement cruel de nous faire baver de la sorte. Je vous jure que j’ai bavé un nombre incroyable de fois devant les merveilles que confectionne Nathaël. Quant aux tatouages, ils sont aussi un prétexte d’aborder le sujet de la peinture et du dessin, qui font partie des « mystères » de Chris. Je n’ai pas envie de vous spoiler en vous en disant plus, mais j’ai vraiment adoré cette intrigue-là <3

La plume d’Aurore est douce, légère, drôle et agréable. Un plaisir à lire, et un style résolument addictif (entre l’écriture et l’histoire, comment voulez-vous lâcher le bouquin, sérieusement ? <3 ). Seul petit bémol à ce niveau-là, les « il » très répétitifs nous font parfois douter sur qui parle ou fait l’action. Mais vraiment c’est le seul reproche que j’ai à faire à ce livre canon qu’il faut absolument lire. J’aurais bien dit un vrai petit bonbon, mais je dirais plutôt que c’est un savoureux macaron à déguster sans modération <3
Signaler un abus Lien permanent